Vous avez trouvé un terrain très bien positionné géographiquement. Ce terrain répond à vos critères et vous envisagez de l’acheter pour y construire la maison de vos rêves. Avant de vous lancer dans la phase de réalisation de vos rêves, il est important pour vous de peser le pour et le contre de chaque action avant de la poser. Avant d’acheter votre terrain (achat qui sera la porte d’entrée vers la concrétisation de vos projets), il vous faut absolument évaluer le coût possible de la viabilisation. En effet, la viabilisation est un processus qui consiste à raccorder un terrain constructible aux différents réseaux de la commune. 

Quand faire la viabilisation de terrain ?

Lorsque la question de viabilisation se pose, c’est que l’achat de terrain s’est fait auprès d’un particulier ou d’une agence immobilière. Le professionnel de la vente (promoteur immobilier ou lotisseur) a l’obligation de vendre des surfaces ou des lots viabilisés. Dans ces cas-là, l’acheteur a le devoir de viabiliser son terrain.

Avant d’entreprendre la viabilisation d’un terrain, il faut obtenir un permis de construire. Cela est important, car la viabilisation de terrain ne peut s’effectuer que dans de très rares cas. Tout dépend de la position géographique du terrain.

Comment se fait la viabilisation de terrain ?

Avant de viabiliser un terrain, la première chose à faire est de s’assurer que ce terrain est constructible. De façon plus précise, il est important que le sol de ce terrain soit non seulement propre à la construction, mais qu’il soit dans une zone qui est urbanisable.

Raccordement au réseau d’eau potable

Pour un raccordement au réseau d’eau potable, il faut en premier lieu déposer une demande en mairie et une autre à la SAUR (Société d’Aménagement Urbain et Rural) qui se chargera d’envoyer des experts dont le rôle sera de faire une étude de cas et de dresser un devis. 

Raccordement au réseau électrique

Le raccordement électrique est effectué généralement par le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis. La demande se fait en ligne et ne présente aucune difficulté. Il suffit de remplir un formulaire en ligne et de procéder à un transfert des documents nécessaires à la constitution et à l’analyse de votre dossier. Après analyse de votre demande, Enedis propose une date pour la phase pratique du projet et vous soumet son devi. 

Raccordement au réseau de tout-à-l’égout

À ce niveau, le terrain peut être raccordé au réseau général après une demande déposée en mairie. Dans le cas où le terrain ne permet pas un raccordement au réseau général, la possibilité est donnée de recourir à une fosse individuelle.

Raccordement au réseau de gaz

Cette démarche doit être entamée quelques semaines avant sa réalisation. La demande se fait auprès de la GRDF (Gaz Réseau Distribution France). La demande se fait idéalement par le propriétaire du bien et optionnellement par l’intermédiaire d’un fournisseur de gaz. Elle permet d’être fourni en gaz naturel pour le chauffage, la cuisine et l’eau chaude. Cette étape du processus de viabilisation n’est pas indispensable.

Raccordement au réseau de téléphonie

Ici, le raccordement se fait sous deux formes. Il peut s’agir soit d’un raccordement en réseau, soit d’un raccordement aérien. Pour avoir plus de précision concernant le type de raccordement qui vous avantage le mieux, il est important de prendre conseil auprès de professionnels.

Peut-on construire un terrain sans le viabiliser ?

Il est bien vrai que beaucoup de terrains sont vendus sans être viabilisés. Généralement, ils sont vendus à des prix intéressants. L’opération de viabilisation n’est pas une procédure à caractère obligatoire. Ce n’est pas parce qu’un terrain n’est pas encore viabilisé qu’il n’est pas constructible. 

Mais il n’en demeure pas moins qu’un terrain non viabilisé est un terrain qui n’est pas raccordé aux différents réseaux publics qui sont primordiaux pour un immeuble (eau potable, voies d’accès, téléphone, électricité…). 

Si vous achetez un terrain non viabilisé, vous serez certainement très satisfaits au niveau du rapport qualité-prix certes, mais les frais de viabilité vous reviendront à la charge. Même si le procédé n’est pas obligatoire sur le moment, il finit bien par devenir une condition sine qua non, car, à quoi cela sert d’avoir un bâtiment qui n’est pas raccordé aux réseaux publics. C’est donc pour cette raison qu’il est conseillé d’avoir une idée plus ou moins précise du coût de la viabilisation d’un terrain avant de rentrer en possession des droits de propriété.

Quel est le coût de viabilisation d’un terrain ?

Il est difficile de mettre des chiffres exacts sur l’ensemble des travaux de viabilisation d’un terrain, car l’évaluation d’un tel coût dépend de différents critères que sont :

  • La nature du sol et la configuration du terrain ;
  • Le lieu de résidence ;
  • La proximité des différents réseaux (eau, gaz, électricité, téléphone, tout-à-l’égout…) ;
  • L’existence de voies et de canalisations antérieures ;
  • La taille du terrain ;

Ces critères permettent de fixer le coût d’une viabilisation de terrain entre 10 000 euros et 15 000 euros. Pour un raccordement électrique, il faut prévoir approximativement plus de 200euros par mètre linéaire au-delà de 30 mètres. Pour un raccordement à l’eau, il faut compter plus de 45 euros par mètre au-delà de 10 mètres. Pour un raccordement à gaz, il faut faire ses calculs avec 100 euros par mètre creusé au-delà de 30 mètres.